LES
ATRIDES

du 18 au 28 avril 2013, Église Saint-Jean-Baptiste, Montréal

2026 avant J.-C : le trône d’Argos, ville de la Grèce antique, est disputé entre deux frères jumeaux, Atrée et Thyeste. Après une guerre civile de cinq ans, Atrée accède au trône et obtient le pouvoir absolu. Pour se venger, Thyeste séduit la femme de son frère et vole le trésor national.  Atrée répond à cette vengeance et, après avoir tué les enfants de Thyeste, les sert à manger à son frère. Ainsi commence la saga des Atrides caractérisée par un enchaînement de crimes barbares issus d’une soif de pouvoir et commis au nom de la Justice.

 TEXTES  Eschyle, Euripide Sénèque et Sophocle

ADAPTATION Mathieu LEROUX et Louis-Karl TREMBLAY

MISE EN SCÈNE Louis-Karl TREMBLAY

AVEC  Frederic BLANCHETTE, Simon BOUDREAULT, Émilie CORMIER, Annie DARISSE, Benoît DROUIN-GERMAIN, Stéphanie CARDI, Luc CHANDONNET, Stéphanie DAWSON, Ariane LAVERY, Martin PLOUFFE, Maxime PARADIS, Maxime ROBIN, Véronique PASCAL, Audrée SOUTHIÈRES, Catherine LAVOIE, Marc-André BRUNET, Anissa LAHYANE, Jessica LUPIEN, Sylvianne RIVEST-BEAUSÉJOUR, Luc MORISSETTE, Katherine MOSSALIM, Maxime LAURIN, Simon FRÉCHETTE-DAOUST, Mathieu LEROUX, Émile BEAUDRY, Ariane CASTELLANOS.

ASSISTANCE À LA MISE EN SCÈNE ET RÉGIE  Sonia MONTAGNE

SCÉNOGRAPHIE ET ACCESSOIRES  Karine GALARNEAU

LUMIÈRES Nancy BUSSIÈRES

COSTUMES Fannie BRETON-YOCKELL et Marie-Philippe COMEAU

COLLABARATRICE Geneviève BOIVIN

STAGIAIRES Hugo DALPHOND et Cédric DELORME BOUCHARD

MUSIQUE ORIGINALE ET MUSIQUE LIVE  Michel SMITH

ENVIRONNEMENT SONORE  Steve LALONDE

RELATION DE PRESSE  RuGiComm

DISTINCTION

Finalistes pour le Prix de la critique remis par l’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT) saison 2012-2013 : Catégorie «Mise en scène – Montréal» : Louis-Karl Tremblay pour Les Atrides

 

Une mise en scène brillante. [...] la saga possède un souffle d’une rare cohérence. Soulignons ici le travail d’assemblage méticuleux de Louis-Karl Tremblay et son complice Mathieu Leroux, qui donnent à entendre un texte riche, dense, pourtant jamais obtus, dans un français relevé qui évite les écueils de l’enflure, les dérapages, les télescopages et autres libertés que l’on aurait pu être tenté de prendre pour «moderniser» le propos. [...] Tout au long de cette soirée, j’ai eu l’impression de communier à la source même du théâtre, de ressentir le privilège de me réapproprier les codes du genre, de retrouver son côté magique, parfois mystique. On souhaiterait que cette production puisse partir en tournée, que d’autres lieux de culte plus ou moins désaffectés soient réinvestis par la puissance de ce texte, par la pertinence de cette mise en scène. Du théâtre pour tous qui refuse le nivellement vers le bas; le parti pris est devenu trop rare pour qu’on ne le salue pas.

Lucie Renaud, JEU revue de Théâtre, 22 avril 2013

 

[...] si j'avais à dresser la liste de ceux qui ont le plus brillé à mes yeux en 2013, j'irais vers des figures moins connues du grand public. Je choisirais ceux qui attendent dans les coulisses de la papauté et qui sont en train de créer et de construire la culture québécoise de demain. Je pense notamment à Louis Karl Tremblay et à sa compagnie Théâtre Point d'orgue qui se sont lancés en avril, dans un projet de fou: Les Atrides. Réunir 26 comédiens, 7 musiciens et 5 tragédies grecques pour un spectacle de 3h40 dans une église, était un pari risqué qui risquait plus de rater que de réussir. Pourtant, ce fut un des spectacles les plus emballants qu'il m'a été donné de voir et de vivre cette année.

Nathalie Petrovski, La Presse, 23 décembre 2013

 

De mémoire, on n'avait pas vu à Montréal un projet théâtral aussi ambitieux depuis les débuts d'un certain Wajdi Mouawad. Avec Les Atrides, Louis-Karl Tremblay et sa compagnie revisitent cinq tragédies grecques dans un spectacle-performance. Ce jeune metteur en scène qui accueille les spectateurs sur le parvis de l'église Saint-Jean-Baptiste, en déchirant les billets, est visiblement animé par son art. En plus d'avoir un talent de rassembleur! [...] ce spectacle déambulatoire demeure une expérience que nous conseillons aux amateurs de tragédies et de théâtre en marge.

Luc Boulanger, La Presse, 20 avril 2013

 

Les Atrides devient l’un des spectacles les plus captivants qu’il m’ait été donné de voir. Dans cette église d’une superficie épatante, le spectateur est invité à se déplacer au fil de l’action. Louis-Karl Tremblay, dans une mise en scène tenant du génie, utilise l’entièreté de l’espace original qu’il a décidé d’employer. 

Thomas Dupont-Buist, Artichautmag.com, 23 avril 2013